Contactez-nous : (00225)22 49 56 56/49 72 40 17
LA CHLOROQUINE GUÉRIT-ELLE VRAIMENT LE COVID-19?

LA CHLOROQUINE GUÉRIT-ELLE VRAIMENT LE COVID-19?

Le terme « chloroquine » et ses dérivés commerciaux font de nouveau la Une. Le professeur Didier Raoult a conduit des essais cliniques sur 24 patients atteints du coronavirus. Dans une vidéo Youtube (#9 des tendances au moment où nous la consultons), il affirme que 75 % de ceux ayant reçu le médicament sont guéris, soit bien plus que le pourcentage de guérisons des personnes qui n’ont pas reçu ce traitement sur le même laps de temps. Alors que, fin février, de nombreuses personnes allaient déjà en pharmacie pour tenter de se procurer de la chloroquine, ces nouvelles déclarations ne devraient pas arranger les choses. Or, non seulement ce médicament n’est de toute façon donné que sur ordonnance, mais cela engorge les pharmacies pour rien. Les essais cliniques du professeur Raoult restent préliminaires.

Les résultats de l’étude menée par le professeur français sont jugés « prometteurs » par la porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye. Et, oui, ils le sont. De fait, la France va mener de nouveaux essais, par des équipes indépendantes du professeur Raoult. C’est dans la logique de la méthode scientifique : des résultats, aussi bons soient-ils de prime abord, doivent toujours être révisés par des pairs, être produits avec un taux de réussite similaires lors de plusieurs études. Les 100 patients testés en Chine et les 24 patients testés par Didier Raoult sont un échantillon largement insuffisant.

Le professeur s’avance beaucoup trop lorsqu’il dit dans les Echos qu’« on sait guérir la maladie ». Des résultats prometteurs ne sont pas des résultats confirmés. Aujourd’hui, il n’est pas possible d’affirmer qu’il existe une preuve scientifique de l’efficacité de la chloroquine contre Covid-19. Une utilisation de ce médicament pourrait même s’avérer dangereux : la chloroquine est réputée avoir de graves effets secondaires (comme la rétinopathie maculaire, une perte de vision irréversible), et elle peut entraîner la mort, notamment par arrêt cardiaque. En cause ? Le composé atteint rapidement le seuil de toxicité pour l’organisme et fait preuve de nombreuses interactions médicamenteuses (en présence d’autres médicaments, la chloroquine devient encore plus dangereuse). La substance est, dans sa forme actuelle, déconseillée aux plus de 60 ans, alors même que la majorité des malades atteints par Covid-19 ont plus de 60 ans.

Si l’on en vient à une utilisation réelle de la chloroquine contre le nouveau coronavirus, cela s’appliquera selon une posologie bien définie d’une nouvelle version de la molécule. Il n’y a donc aucune raison valable pour essayer de se procurer de la chloroquine aujourd’hui. D’autant que le laboratoire Sanofi s’est engagé, si les résultats se confirment, à livrer des doses suffisantes pour guérir 300 000 malades.

Numerama

Laisser un commentaire

Fermer le menu